J’ai connu un coiffeur

J’ai connu un coiffeur, très beau, très gentil. Il écoutait tout le temps de la musique électro, ou de la variété, et il aimait danser. Il m’avait emmenée danser, d’ailleurs, le premier soir, et il ne m’avait pas touchée, pas embrassée, rien, un gentleman. Il portait des vêtements excentriques, un anneau à l’oreille, un t-shirt moulant. Il était toujours entouré de filles, il était très doué pour écouter, je suppose que c’est le métier, t’es un peu obligé. Il avait le sens de l’humour, il riait souvent, d’un rire très clair, sibyllin. Il avait de si belles mains. Il chantait, parfois, en me coiffant. Il était très pudique sur sa vie privée, mais on dormait souvent ensemble, enlacés, sans qu’il ne se passe rien. Il me disait seulement qu’il voulait des enfants, alors un jour je lui ai dit que moi aussi j’en voulais. De lui.

On s’est mariés, parce que ses parents étaient plutôt traditionnels. On a eu trois enfants, ils sont beaux, ils chantent, ils rient, ils crient, ils dansent aussi. Le soir, mon mari sort, il revient tard, parfois, et parfois c’est moi. On s’endort toujours enlacés. Quand je ne le vois pas, il me manque.

Si c’est pas de l’amour, ça y ressemble. Beaucoup.

I. Les pieds sur Terre

II. La tête en l'air