La Lumière

Quand venait l’instant
Dans notre théâtre
Sous un ciel de plâtre
De ne plus être spectateurs

Quand venait le temps
De broyer le noir
En portant du fard
Dans la chaleur des projecteurs

La lumière
Descendait couronner les reines
Donnait la vie pour quelques heures
Au royaume des durs et des fiers

La lumière
Éblouissait les peines
Changeait la fumée en couleurs
Et faisait dorer la poussière

Et quand on jouait
Un air un peu triste
Un chant réaliste
Il venait battre près du cœur

On donnait des paillettes
À notre indécence
Des fées aux enfances
Des chanteuses et des enchanteurs

La lumière
Descendait couronner les reines
Donnait la vie pour quelques heures
Au royaume des durs et des fiers

La lumière
Éblouissait les peines
Changeait la fumée en couleurs
Et faisait dorer la poussière

Ce temps est fini
Où l’on portait du fard
Cachés au fond du soir
Maintenant le grand jour étincelle

Et nous on sourit
En lisant l’hommage
Aux couleurs d’un autre âge
Dans la lumière d’un arc-en-ciel

La lumière
Descendait couronner les reines
Donnait la vie pour quelques heures
Au royaume des durs et des fiers

La lumière
Éblouissait les peines
Changeait la fumée en couleurs
Et faisait dorer la poussière

La lumière
Descendait couronner les reines
Donnait la vie pour quelques heures
Au royaume des durs et des fiers

La lumière
Éblouissait les peines
Changeait la fumée en couleurs
Et faisait dorer la poussière

Ce temps est fini
Où l’on portait du fard
Cachés au fond du soir
Maintenant le grand jour étincelle

I. Les pieds sur Terre

II. La tête en l'air