L’Aveu

Je viens de la nuit, mon amour
Des années, je n’ai pas compris
Qui j’étais, pourquoi j’aimais ainsi

Je viens de la gêne, du silence
Des maux étouffés de l’enfance
D’une terre de sourde violence

Aujourd’hui tout est plus facile
Le monde est-il moins imbécile
Ou ai-je seulement le cuir moins fragile ?
Sur ta bouche je pose mes secrets
À tes pieds je foule le passé
Dans tes yeux j’apprends à oublier

Aujourd’hui je marche avec toi
Je vis, je vieillis avec toi
Un mariage, des enfants, pourquoi pas ?

Je ne rêve pas d’une vie différente
Juste d’une vie qui m’enchante
Avec l’homme que je serre contre moi

Aujourd’hui tout est plus facile
Le monde est-il moins imbécile
Ou ai-je seulement le cuir moins fragile ?
Dans tes mots j’efface mes regrets
Sur ta peau je trace des projets
Dans ton rire j’apprends la légèreté

Sur ta bouche je pose mes secrets
À tes pieds je foule le passé
Dans tes yeux je vois l’éternité

Je viens de la nuit, mon amour
Comme beaucoup j’ai payé le prix
Du hasard qui m’a fait comme je suis

Fallait-il en passer par là
Pour aujourd’hui avoir le droit
De m’endormir en paix dans tes bras ?

I. Les pieds sur Terre

II. La tête en l'air