Mon Jacques à moi

Mon Jacques à moi s’appelle Jacqueline
Mon Jacques à moi a une poitrine
Mon Jacques à moi et moi on s’aime
Mon Jacques et moi nous sommes lesbiennes

Mon Jacques à moi s’appelle Jacqueline
Et quand on sort faire les vitrines
On n’ose pas se prendre par la main
C’est un peu con car on s’aime bien

Mon Jacques à moi s’appelle Jacqueline
Je sais que ça dérange la voisine
Mais mon Jacques à moi, c’est toute ma vie
Alors pourquoi ça vous ennuie ?

Mon Jacques à moi s’appelle Jacqueline
Je suis bien triste si ça vous chagrine
Jacques et moi on est différents
Mais on s’aime comme Élise et Jean

Ah oui. Oui oui…
Ouais, elle m’appelle Jacques. Déjà que, Jacqueline, c’est pas forcément le prénom que je me serais choisi. Mais, Jacques… C’est pas que c’est pas joli, comme prénom, au contraire. Mais bon, ça va pas franchement avec mes Louboutin. Pardon, mais vous avez déjà vu un Jacques avec un lissage brésilien ? Bon, je vais pas vous mentir, au début, qu’elle dise à ses parents qu’elle avait un amoureux qui s’appelait Jacques, ça m’évitait d’aller à Limoges tous les dimanches midi. Pour le gigot. Et c’était pas mal. Mais avec le temps, je me serais bien fait un ou deux Noëls avec elle. Ben ouais, c’est ma femme, quoi, je l’aime. Je suis amoureux. Enfin, amoureuse, oh putain, je vais pas m’y mettre…

Jacqueline, faut plus que je t’appelle Jacques
Je veux plus te cacher, je déballe mon sac
Il serait bien temps que tout le monde comprenne
Que ce qui compte c’est seulement qu’on s’aime

Mon Jacques à moi s’appelle Jacqueline
Mon Jacques à moi a une poitrine
Mon Jacques à moi et moi on s’aime
Mon Jacques et moi nous sommes lesbiennes

I. Les pieds sur Terre

II. La tête en l'air