Nos silences

La première fois que j’ai ri, tu étais là
La première chute aussi
Les tout premiers pas
Tous ces instants qui arrêtent le temps

Le premier chagrin dans la cour d’école
La première peur, les heures de colle
Tous ces souvenirs
Où j’habillais mes larmes de sourires

Tu étais
Solitaire, un peu secret
À l’écart du bruit, toujours juste à côté

Tu savais
Bien avant moi tu devinais
Ce qui se jouait là devant tes yeux
Les armes qu’il te faudrait un jour pour être heureux

La première fois tu avais huit ans
Tu étais un si bel enfant
Toujours à vouloir faire comme les grands
À presser le temps

Du premier chagrin dans la cour ce jour-là
Des mots, des regards, des coups bas
Tu ne m’as rien dit, mais j’ai compris
Quelle serait ta vie

J’ai grandi
Et très vite j’ai appris
À me taire et à laisser glisser la pluie

J’ai gardé
Toutes ces années mon secret
Par ignorance et pour te protéger
J’attendais que l’heure tourne, de l’hiver à l’été

J’ai tourné les mots des jours et des nuits
Pour oser te dire qui je suis
Tu m’as regardé, tu n’as rien dit
Et tu as souri

Ma peur
Dans la tienne s’est évanouie
Les silences d’autrefois
Ont pleuré dans nos bras

L’inconnu
Qui nous attend, le temps perdu
Rien ne nous empêchera d’avancer
La tête haute et le cœur plus léger

I. Les pieds sur Terre

II. La tête en l'air