Quelqu’un d’autre que toi

Comme on se balance sur un fil
Je dansais
Toujours tellement proche du vide
Je frôlais
Les ombres en silence, les fantômes et leur danse
Là juste devant moi

Comme on se raccroche à un vœu
Je t’aimais
Comme on change les règles du jeu
Tu dansais
Les ombres de ton passé ne pouvaient pas gagner
J’étais ton bouclier

Et on se regardait tomber à deux
Comme deux clowns tristes dont on ne voit plus les yeux
Les moments qu’on avait eus autrefois – ce qu’il restait de joie
S’est perdu dans d’autres bras

Comme on s’écrit les histoires qu’on voudrait lire
Comme on soûle sa mémoire pour mieux la fuir
J’ai fermé les yeux, j’ai fait de mon mieux
Pour te retenir

Comme on tire les cartes un peu au hasard
Pour trouver un coin de lumière, un espoir
J’ai lâché ta main, changé de chemin
J’ai suivi le fil du soir

Et on se regardait tomber à deux
Comme deux clowns tristes dont on ne voit plus les yeux
Les moments qu’on avait eus autrefois – ce qu’il restait de joie
S’est perdu dans d’autres bras

Je te regardais et tu avais raison Et je te regardais t’éloigner peu à peu
Tu étais ma chance, ma prudence, ma maison T’empêcher d’être heureux
Je ne reviendrai peut-être jamais
Jamais peut-être je n’aimerai
Quelqu’un d’autre que toi

Au début

Au début, au début on n’a rien su
Au début on n’a rien su puis ensuite on a su
On a su que les hommes
On a su que les hommes qui n’aimaient plus
On a su que les hommes qui n’aimaient plus les femmes étaient de plus en plus nombreux

On a dit d’abord, d’abord on n’a rien dit
D’abord on n’a rien dit
Puis ensuite on a dit
On a dit que c’était
Un aérolithe
Une météorite
La pollution
Le réchauffement climatique
Un nouveau virus
Prédit par Nostradamus
Une mutation génétique
Un envoûtement
La faute du gouvernement
La démission des parents
La colère divine
Et la fin du monde

On a dit, on a dit qu’il fallait des prières
Un pouvoir autoritaire
Un régime militaire
Punir les réfractaires
De châtiments exemplaires
On a cherché des boucs émissaires
On a pris les ordinaires
On en a calomnié
On en a dénoncé
On en a spolié
On en a arrêté
On en a torturé
On en a condamné
On en a lapidé
On en a
On en a

Un jour, un jour on n’a rien vu
Un jour on n’a rien vu
Puis un autre jour on a vu, on a vu que les hommes
On a vu que les hommes qui n’aimaient plus
On a vu que les hommes qui n’aimaient plus les femmes n’étaient plus aussi nombreux

Alors on a fait des offrandes
Des libations
Des cérémonies
Des célébrations
Des défilés
Des festivités
Des processions
Des commémorations
Et puis
Et puis on n’a plus rien fait

Tout était redevenu normal
Tout était redevenu normal
Tout était redevenu normal
Tout était redevenu normal
Tout était redevenu normal

C’est alors que des femmes ont commencé
À ne plus aimer
Les hommes