La Rumeur

« Il paraît qu’elle est folle
Qu’elle fume comme un pompier
Qu’elle boit beaucoup d’alcool
Et qu’elle mange des bébés
On m’a dit qu’elle séduit
Des hommes avec succès
Qui sont jeunes et jolis
Qu’elle les trouve au lycée »

La rumeur ne m’atteint pas
Car mon cœur ne l’entend pas
Les bêtises de toutes sortes
Sont priées de rester à ma porte

« Elle vient d’un autre monde
Ou d’une autre planète
Elle est brune, elle est blonde
N’a jamais la même tête
D’ailleurs apparemment
Elle a tout changé
Car il y a trente ans
Elle était un pygmée »

La rumeur ne m’atteint pas
Car mon cœur ne l’entend pas
Les bêtises de toute espèce
Sont priées d’être tenues en laisse

On dit bien des choses
Qui nous indisposent
Souvent on entend
Le bruit des gens
Qui commentent les tantes
Qui ont peur des pédés
Et des gens différents
De leur banalité

Mais moi
La rumeur ne m’atteint pas
Car mon cœur
Mon cœur ne l’entend pas

Ce qui m’atteint c’est les coups
Pas les mots, ni les lettres
C’est un ami qui se révèle
Ne plus en être
C’est un amant qui s’éloigne
Car le cœur ça se soigne
Mais les blessures qui saignent
Sont celles de ceux qu’on aime
Mais celui qui nous dit que celle-ci
N’est pas celle-là qu’on croyait être ici
Ce qu’elle n’est pas là-bas…
Qu’est-ce qu’on s’en soucie
De savoir qui est qui
Du moment qu’on vit
Et qu’on s’aime, aussi
Le reste, mon chéri
Ce sont des on-dit
Et on dit ce qu’on veut
Je m’en soucie peu

La rumeur est un serpent
Que l’on entend siffler souvent
Mais moi
La rumeur ne m’atteint pas
Car mon cœur ne l’entend pas
Non mon cœur ne l’entend pas
Moi les cons je les entends pas