Histoire d’amours

Lui, dans l’âge de l’innocence
Il était mon amour d’enfance
Rien ne pouvait nous séparer
Et je me voyais l’épouser
Mais dans l’âge des découvertes
Lorsqu’à lui je me suis offerte
Il est parti sans rien me dire
J’ai cru que j’allais en mourir

Je me berçais du faux espoir
Qu’il me reviendrait tôt ou tard
Un jour dans le journal j’ai lu
Que mon amour s’était pendu
Parce qu’il aimait sans retour
Un garçon aux yeux de velours
J’ai appris sa désespérance
En découvrant sa différence

J’ai tant pleuré sur son cercueil
J’ai porté si longtemps son deuil
J’ai appris en ce triste jour
Que nous brûlions d’un même amour
Impossible et que la douleur
Frappe indifféremment les cœurs
Qu’on soit une fille ou un garçon
Que l’on aime une fille, un garçon

C’était il y a bien longtemps
Maintenant j’ai des cheveux blancs
Les années ont fait leur office
Pour estomper la cicatrice
Mais rien n’efface le souvenir
De ce garçon au doux sourire
Pour qui à chaque anniversaire
Je dépose une rose au cimetière

Alan

Alan
Un peu trop doué
Les copains d’école
Ça les dérange

Être intelligent
C’est pas bien porté
Lui casser la gueule
Ça les démange

Alan
Est un pur génie
Les cerveaux étroits
Ça les dérange

Y a des règlements
Il faut qu’il s’y plie
Imposer leur loi
Ça les démange

Alan
Est sportif aussi
Qu’il soit un athlète
Ça les dérange

Il est trop brillant
Les envieux aigris
De lui faire sa fête
Ça les démange

Alan
Sert bien son pays
Lui, la bête immonde
Ça le dérange

Vouer son talent
À vaincre l’ennemi
Et sauver le monde
Ça le démange

Alan
Crée une machine
Qui change la vie
Ça en dérange

Frustrés, bien-pensants
Ceux qui le débinent
Lui pourrir la vie
Ça les démange

Alan
N’aime pas comme il faut
Les juges, les censeurs
Ça les dérange

Faut un châtiment
Le mettre au cachot
Sanctionner ses mœurs
Ça les démange

Alan
Castration chimique
Pour sa liberté
Ça le dérange

Les haines, les tourments
L’acide cyanhydrique
Pour s’en évader
Ça le démange

Alan
Toutes les manigances
Les bassesses des hommes
Ça le dérange

Quarante et un ans
Il tire sa révérence
En croquant une pomme

Bienvenue chez les anges

Au début

Au début, au début on n’a rien su
Au début on n’a rien su puis ensuite on a su
On a su que les hommes
On a su que les hommes qui n’aimaient plus
On a su que les hommes qui n’aimaient plus les femmes étaient de plus en plus nombreux

On a dit d’abord, d’abord on n’a rien dit
D’abord on n’a rien dit
Puis ensuite on a dit
On a dit que c’était
Un aérolithe
Une météorite
La pollution
Le réchauffement climatique
Un nouveau virus
Prédit par Nostradamus
Une mutation génétique
Un envoûtement
La faute du gouvernement
La démission des parents
La colère divine
Et la fin du monde

On a dit, on a dit qu’il fallait des prières
Un pouvoir autoritaire
Un régime militaire
Punir les réfractaires
De châtiments exemplaires
On a cherché des boucs émissaires
On a pris les ordinaires
On en a calomnié
On en a dénoncé
On en a spolié
On en a arrêté
On en a torturé
On en a condamné
On en a lapidé
On en a
On en a

Un jour, un jour on n’a rien vu
Un jour on n’a rien vu
Puis un autre jour on a vu, on a vu que les hommes
On a vu que les hommes qui n’aimaient plus
On a vu que les hommes qui n’aimaient plus les femmes n’étaient plus aussi nombreux

Alors on a fait des offrandes
Des libations
Des cérémonies
Des célébrations
Des défilés
Des festivités
Des processions
Des commémorations
Et puis
Et puis on n’a plus rien fait

Tout était redevenu normal
Tout était redevenu normal
Tout était redevenu normal
Tout était redevenu normal
Tout était redevenu normal

C’est alors que des femmes ont commencé
À ne plus aimer
Les hommes